Exposition au Chateau de Tronjoly

Exposition au Chateau de Tronjoly

Construit vers 1768, ce château qui appartenait à la famille ROUXEL de LESCOUET puis à celle de SALVAING de BOISSIEU fait partie depuis 1984 du patrimoine de la commune de GOURIN.

Répondant au doux nom de TRONJOLY, en breton " Traon-joliff » à traduire en français en "jolie vallée", ce château abrite chaque année des expositions temporaires à l'initiative de l'association "A ciel ouvert".

En 2009, sa présidente nous demande une exposition dans deux pièces du 1er étage pour les les deux mois de l'été.

Inspirés par la devise des anciens châtelains " Mon timbre sonne exact à notre devoir", nous relevons le défi d'animer ces deux pièces vides.

Le petit salon

Le petit salon

En mars 2009, nous faisons la découverte de la première pièce qui nous est proposée.

Il s'agit d'un charmant salon aux murs recouverts de boiseries et au parquet d'époque.

Cet espace nu de mobilier mérite une animation avec des personnages réalistes dans un décor pouvant refléter l'ambiance de cette aristocratie bretonne à la fin du 19ème siècle.

La baronne reçoit sa modiste

La baronne reçoit sa modiste

Une approche historique de la famille des anciens châtelains, nous conforte sur le thème de notre projet d'exposition.

Le titre de l'exposition sera "La baronne reçoit sa modiste" avec une mise en scène de la venue vers 1898-1899 d'une modiste au château.

Une esquisse rapide nous positionne les personnages et les petits mobiliers ou agencements qu'il nous faudra transporter (lustrerie, miroir, tableaux, table, chaise, méridienne, colonne pour les fleurs, rideaux, tapis,, etc...)

Les modes au fil du temps

Madame la baronne porte une robe à traîne en satin de soie noire brochée de rameaux de feuillages bleu turquoise. Le haut de la robe est garni de mousseline bleu ciel et de dentelles ivoire et noir. Un châle en dentelles façon Chantilly complète cette tenue.

Elle tient en mains un chapeau d’après-midi proposé par sa modiste.
Ce chapeau en paille et crin noir à fond plat est orné d’une plume d’autruche
et d’un ruban de velours noir et agrémenté latéralement de fleurs en soie jaune.

La fillette est habillée d'une robe en étamine de laine écrue imprimée de minuscules dessins géométriques bleus agrémentée d'une ceinture de soie bleue et d'un large col en dentelle blanche.

La modiste vient de placer sur sa tête un chapeau en paille natuelle garni de tulle, de plumes et de fleurs roses et d’un gros nœud de soie.

La modiste et sa seconde main

La modiste et sa seconde main

La modiste est accompagnée de sa deuxième main qui porte un ensemble composé d’une jupe trotteur à tissu fantaisie à effet de petits carreaux dans les teintes caramel, agrémentée d’une ceinture en satin de soie vert bronze.
Son corsage dans le même tissu est bordé au col et aux poignets de dentelle écrue.

Elle porte un chapeau en paille d’Italie couleur caramel, garni de rubans de soie jaune paille
et de fleurs et feuilles en tissu vert et orange.

Elle tient à la main un carton en bois recouvert d’une toile cirée et contenant un chapeau en paille à fond cylindrique garni de dentelles, d'un ruban de soie chinée, de fleurs artificielles en velours et de tissus violet et parme.

Les modes au fil du temps

Notre modiste porte un ensemble composé d’une jupe longue en mousseline rose ornée de dentelle mécanique écrue et d'un corsage en tissu ivoire complété d’un haut de col en dentelle.

Sa jaquette en mousseline de soie beige est garnie de dentelle mécanique de couleur châtaigne et ornée d’un grand col doté d’un large revers en mousseline de soie beige et bordée d’un rucher de ruban en satin rose comme le bas des manches et d’une dentelle comme aux épaules.

Notre modiste tient à la main un chapeau de tresse de paille monté sur armature de laiton, gainé de fil blanc, orné de feuilles et bouquets de roses pâles, de nœuds de satin et de soie rose pâle.

La bonnetière

La bonnetière

L'occasion est trop belle pour présenter dans cette bonnetière une collection de couvre-chefs portés entre 1875 et 1895.

1 Chapeau vers 1890 en paille naturelle, tulle beige et fleurs.

2 Chapeau vers 1891 en paille naturelle tressée, fleurs de pois de senteur et rubans de velours vert anglais.

3 Chapeau de fillette vers 1890 en paille naturelle tressée à motifs torsadés.

6 Bibi vers 1890 en velours bordeaux, rubans de satin noir et jais, brides de velours rouge.

7 Bibi vers 1889 en paille noire et tresse de crin noir, bouquets de violettes et ruban de soie façon ottoman.

8 Bibi vers 1884 en satin, ottoman et tulle, paille noire avec paillettes et rubans noirs,
bouquet de roses blanches.

9 Bibi vers 1876 en velours vert foncé, galons et fils dorés, bouquets de fleurettes blanches et roses et brides en satin marron.

10 Bibi vers 1878 en satin noir bordé de satin crème, fleurettes bleues et feuillage d'automne, jugulaire en satin réversible noir et marron.

11 Bibi vers 1895 en velours violet, chenilles et cordonnet argent, bouquet en velours mauve, vert et rose.

12 Chapeau d’opéra vers 1890 garni d'un bouillonné de satin caramel, de plumes d’autruche beige, de ruban et brides marron.

13 Capote vers 1886 en velours de soie noire, dentelles Chantilly et perles de jais.

Le bourrelet

Le bourrelet

Au devant de la bonnetière, l'enfant en robe d’été en coton piqué blanc avec volant de dentelle en broderie anglaise, porte sur son bonnet de tête un bourrelet en paille, datant de 1875 environ, qui était destiné à protéger le crâne en cas de choc ou de chute.

l'autre pièce du château

l'autre pièce du château

Nous prenons le choix d'utiliser la pièce telle quelle.

Un simple débarras du matériel, un nettoyage et l'installation de vitrines mises à notre disposition devraient nous permettre d'exposer et de mettre en valeur un choix de chapeaux de ces femmes élégantes des années 1840 à 1940.

Les modes au fil du temps

Voici le résultat le jour du vernissage de l'exposition en présence de Monsieur LE SOLLIEC, maire de Gourin.

Madame la baronne vers 1910

Madame la baronne vers 1910

Madame la baronne porte une robe en linon blanc brodé de gros motifs floraux et d’entredeux de dentelles

Son chapeau en paille naturelle est garni de rubans et de fleurs. Il es fixé à sa chevelure
par deux épingles à chapeaux.

Chapeaux vers 1846-1847

Dans cette première vitrine, nous avons retenu deux chapeaux:

Une capote vers 1846 en reps gris coulissé, gros nœud de gaze pékiné, dentelle blonde de Bayeux et plumes d’autruche.

Une capote vers 1847 en paille naturelle tressée, ruban et nœud écossais et bouillonné intérieur de rubans de soie

Chapeaux vers 1855

Dans cette seconde vitrine, nous avons retenu deux chapeaux:

Une capote de jeune fille vers 1855, en tresses et cordonnets entrelacés, bavolet en taffetas, ruban de velours noir et tresse de paille naturelle. Intérieur en organza et gaze écrue.

Une capote vers 1855, en soie vieil or, rubans de velours noir et dentelles mécaniques.

Chapeaux vers 1902-1905

Dans cette troisième vitrine, nous avons retenu :

Un chapeau vers 1902 en paille bleue orné de deux bouquets de fleurs blanches et d'un nœud en soie bleue et blanche.

Un chapeau vers 1905 en paille fantaisie naturelle orné de rubans de velours marron.

Chapeaux vers 1910-1920

Dans cette quatrième vitrine, nous avons retenu:

Un chapeau de fillette vers 1910-1912 en crin et cordonnet ocre entrelacés, fleurettes et gros nœud en ruban de soie ivoire, multiples pampilles en paille naturelle et valenciennes.

Un chapeau vers 1919-1920 en taupé à deux teintes marron et noir.

Chapeaux vers 1942-1944

Un chapeau période « Zazou » vers 1942-1943 en paille jaune pâle vernissée, bords moulés,
ruban bleu foncé et fleurettes multicolores.

Un béret vers 1944 en cachemire des Indes (récupération d’un tissu du 19ème siècle).

Remerciements

Nous gardons un très bon souvenir de cette belle exposition et de l'attention des visiteurs lors de nos visites guidées et de la conférence sur le thème.

L'organisateur a comptabilisé 14.000 visiteurs sur les mois de juillet et août 2009

Il faut dire que l'association "A ciel ouvert" avait mis le paquet avec notamment une exposition d'oeuvres de peintres et de sculpteurs au rez-de-chaussée et de photographes dans les combles, mais également des démonstrations de broderie et de dentelle et l'exposition annuel de coiffes bretonnes.

Les deux mois se sont terminées avec une semaine supplémentaire à l'occasion du championnat annuel des sonneurs en couple.

Remerciements et félicitations à la municipalité de Gourin et aux équipes de bénévoles qui oeuvrent pour la sauvegarde du patrimoine et pour le dynamisme du Centre-Bretagne.