Costume de communiante dans une famille de Pluguffan

Costume de communiante dans une famille de Pluguffan
Les modes au fil du temps

Exposition Fichet ! à Pluguffan

Certains se rappellent peut-être l'exposition "Fichet!" présentée du 29 août au 6 septembre 2015 dans la salle du Pouldu à Pluguffan par l'association "Gwriziou Pluguen

Le livret de l'exposition présentait en page 27 une photo d'un détail d'un costume de communiante sans autre information et le Télégramme de l'époque en avait fait un article et une superbe photo.

Les modes au fil du temps
Carte postale vers 1937 de la maison COADOU, laiterie du Vendéro à Pluguffan

Etude généalogique

L'information, que nous avons pu recueillir de la famille,  était que ce costume avait été porté par Anne-Marie COADOU (1901-1991) lors de sa communion vers 1912.

Pour comprendre les évolutions visibles sur cette tenue, il nous fallait effectuer une petite recherche généalogique sur la famille COADOU-GAONAC'H habitant la maison que voici à Pluguffan.

Anne-Marie COADOU est née  en octobre 1901 à Pluguffan 

Après sa naissance, vont naître, entre 1903 et 1919 et toujours à Pluguffan, pas moins de huit autres frères et sœurs et parmi elles: Philomène, - Louise et Marie-Hélène.

Anne-Marie fait vraisemblablement sa communion vers 1912 et elle porte à cette occasion son premier costume de cérémonie adapté à la circonstance

Les modes au fil du temps

Costume mis aux enchères

L'année suivante, ce costume de communiante était mis aux enchères.

Il s'agissait d'un costume de cérémonie d'une fillette de 10 à 12 ans environ.

Si la base du costume était du début des années 1910, certains éléments rapportés semblaient postérieurs et laissaient présumer que ce costume avait pu être porté de nouveau dans les années 1920.

En effet, certains éléments vestimentaires tels que la coiffe et son ruban, la parure de cou et la ceinture à deux pans avaient des broderies typiques des années 1920. 

Les modes au fil du temps

Les parures des années 1920

La coiffe borledenn est en filet de coton avec des broderies appliquées à motifs floraux.

Le ruban de la coiffe est en satin de soie ivoire brodé de perles et tubes en verre mercurisé.

La parure de cou et la ceinture à deux pans sont en soie moirée vert amande et sont brodés de tubes de différentes tailles, de paillettes et de cabochons en verre ou en verre mercurisé. Un cœur coulant à décor floral et une croix à deux faces en argent sont cousus sur le pan de la parure de cou.

Les modes au fil du temps

La partie haute du costume

La chemise est en satinette de coton bleu ciel (couleur dite de la Vierge Marie), elle est garnie d'une laize de coton blanc à motifs floraux et ornée d'un parement en ruban de moire céladon.

La guimpe dispose d'une collerette en tulle rebrodé, plissé et peu amidonné.

Le manchoù est également en satinette bleu ciel, couverte, comme la chemise, de laize blanche et de moire céladon. Il est orné de deux motifs en forme de fleur à cinq pétales en satin de soie céladon et au pistil en cabochon de verre. Les manches sont en deux parties (le haut couvert de laize blanche et le bas couvert de moire céladon. Un fourreau amovible en moire céladon permet d'ajuster les manches à la longueur des bras de la communiante.

Les modes au fil du temps

Le bas du costume

La sous-jupe est de la même satinette bleu ciel que la chemise et le manchoù.

La jupe est, non pas en laize, mais en tulle blanc rebrodé et festonné mécaniquement au point de chaînette (à la façon du "lyre") avec des motifs floraux parsemés.

Le tablier est en laize blanche, comme celle de la chemise et du manchoù, avec un ajout de fausses poches et de fausse ceinture en forme d'empiècement. 

Comme la jupe, le tablier est parsemé de motifs en forme de fleurs, comme les deux qui ornent l'accolade du manchoù.

Les bas sont en satinette de coton bleu ciel et de confection domestique.

Des plis religieux sont visibles sur la sous-jupe, la jupe et même sur le tablier, ce qui confirme l'utilisation possible de cette tenue par plusieurs filles d'une même famille, voire même pour la génération suivante.

Les modes au fil du temps

Plusieurs communiantes

Compte-tenu des dates de naissance des trois sœurs cadettes, elles ont dû faire leur communion entre 1918 et 1926. Il y a de forte chance qu'elles aient pu porter cette tenue à cette occasion. Des modifications sont indispensables pou répondre aux goûts de l'époque et aux morphologies de chacune des filles.

A la question éventuelle de l'utilisation de cette tenue par la génération suivante, nous constatons, en consultant le recensement de 1936, qu'aucune fille n'a vu le jour suite au mariage en 1923 d'Anne-Marie COADOU avec René LE MINOR  

Les modes au fil du temps

Conclusions

En conclusion, ce costume de communiante

- appartenait à une famille de commerçant de Pluguffan, l'une des plus aisés de la commune

- avait été confectionnée pour Anne-Marie COADOU vers 1912

- avait des plis religieux nécessaires à une utilisation multiple au sein d'une même famille

- avait certaines parures remplacées dans les années 20.

Les modes au fil du temps

Conseils

Les Modes au fil du temps vous conseillent de croiser les témoignages du donateur ou du vendeur avec une étude généalogique, de vous documenter auprès des collectionneurs du terroir concerné et des musées pour collecter une iconographie pertinente et surtout de vous montrer curieux et critique dans l'examen des pièces textiles et dans leur datation.

Les pièces textiles de la famille COADOU-GAONAC'H ont été dispersées du fait notamment de la vente aux enchères de ce patrimoine vestimentaire. Mais, grâce à nos contacts, ils sont aujourd'hui réunis et notre association peut  maintenant vous proposer une conférence sur "Les costumes féminins d'une famille de Pluguffan". 

Rédacteurs: Réjane et Daniel Labbé

Remerciements à Madame Marie-Renée CLOSIER et à nos contacts qui se reconnaîtront,.