Belle Epoque à Trébeurden

Belle Epoque à Trébeurden

La Belle Epoque

La Belle Époque est une période historique de progrès social, économique et technologique en Europe. Elle s’étend en France de la fin du XIXe siècle vers 1895-1896 au début de la Première Guerre mondiale en 1914.

L'expression est née après la Première Guerre mondiale pour évoquer la période postérieure à la dépression économique de 1870 à 1895 et antérieure à cette guerre.

A cette époque, la haute société mêle l’ancienne aristocratie riche de ses propriétés en province et la grande bourgeoisie d’affaires, industriels, hauts fonctionnaires, hommes politiques ou médecins célèbres. Cette société se partage fortune, puissance et influence.

À Paris, elle vit dans des hôtels particuliers servie par de nombreux domestiques et anime la capitale en réceptions et spectacles, façonnant ainsi le mythe de la «Belle Époque». En été, elle s’installe dans son château à la campagne ou sa villa de la côte normande ou bretonne.

La Belle Epoque se caractérise par les importantes découvertes scientifiques, les congrès et les expositions universelles qui font connaître le progrès au grand public. Elle rayonne par le prestige du monde intellectuel, littéraire, culturel et artistique de l’époque.

L’exposition au Palais des Congrès de Trégastel en 2012 donne un aperçu de cette haute société de la Belle Epoque.

Présentée chronologiquement, les photos qui vont suivre vous permettront d’appréhender l’évolution des silhouettes mais aussi de remarquer la variété des robes adaptées aux tenues de ville, d’été, de visite, de dîner ou de grande soirée, et ce, quelque soit l’âge de ces fillettes, jeunes filles ou jeunes femmes.

Les modes au fil du temps

Robe d’été de fillette en linon blanc de cette fin de siècle qui se caractérise par une abondance de dentelles, broderies et volants, par des manches nouvelles et par un large col à effet de cape.

Les modes au fil du temps

Tenue de ville en ottoman vert foncé. Ensemble deux pièces aux manches bouffantes, au col montant et corsage bordés d’un galon de tubes et sequins. Plastron de couleur rouille.

Les modes au fil du temps

Robe de visite en taffetas de soie couleur tête de nègre. Ensemble deux pièces à petites manches ballonnées couvertes d’un volant de même tissu. Faux boléro avec application de guipure.

Les modes au fil du temps

Robe de fillette en taffetas chocolat aux mêmes caractéristiques que celle de sa maman. Col et bas des manches garnis de comètes en velours vert céladon.

Les modes au fil du temps

Robe « trotteur » de jeune fille à la mode en lin écru. Galon de coton imprimé rouge en application et biais rouge aux poignets et en bordure de la cape et des panneaux de la jupe.

Les modes au fil du temps

Robe de promenade en ottoman ivoire vers 1900. Corsage « gorge de pigeon » abondamment garni de volants de dentelles de soie. Guimpe en dentelle mécanique et à col haut baleiné.

Les modes au fil du temps

Robe d’été de fillette en toile de coton blanc à petits plis plats. Plastron, col « marin » et poignets à revers bleus agrémentés de galons blancs.

Les modes au fil du temps

Robe d’après-midi en foulard de soie marron brique imprimé de motif végétal stylisé. Corsage avec plastron de dentelle ivoire et manches typiques de ce début de nouveau siècle.

Les modes au fil du temps

Robe de fillette en taffetas de soie rose et organza de soie ivoire en transparence. Corsage bouffant à rubans de soie plissée . Volant de tulle ivoire à l’encolure et aux manches.

Les modes au fil du temps

Robe d’été en lin bleu ciel vers 1910. Corsage au devant nervuré et bordé de volants festonnés et brodés de pâquerettes blanches. Guimpe écrue au point d’Irlande dans une encolure carrée.

Les modes au fil du temps

Robe simple d’été de jeune fille en crépon de coton blanc et bleu ciel de la même époque. Corsage à manches longues collantes, encolure carrée et large col rayé bleu à effet de châle.

Les modes au fil du temps

Robe d’été de fillette en linon richement brodé main de motifs floraux au point de bourdon, de nœud et de tige. Encolure et emmanchures festonnées main. Corsage bordé d’entredeux de dentelle.

Les modes au fil du temps

Robe de grande soirée en mousseline de soie « gros-bleu » doublée d’un fond en satin ivoire. Riche broderie de perles irisées bleues et blanches. Guimpe écrue au col baleiné.

Les modes au fil du temps

La mode

La mode de la Belle Époque se caractérise, dans la silhouette féminine, par un goût pour les lignes souples, les courbes, les volutes et les dentelles, dans l'esprit direct de l'Art nouveau, mouvement artistique bref et puissant qui s'appuie sur l'esthétique des lignes sinueuses inspirées des arbres, fleurs, insectes et animaux.

Les grandes maisons de couture WORTH, DOUCET, PAQUIN et CALLOT font évoluer la silhouette féminine. Le haut du corps, après avoir commencé à s'élargir pour compenser avec les manches "gigot"des années 1895, se met à s'amincir. La robe à tournure est supplantée par une jupe moins ample portée sur de simples jupons. La silhouette se dessine "en S" grâce au nouveau corset « droit devant », les hanches et les fesses sont projetées en arrière, les reins sont cambrés, tandis que la poitrine pigeonne.

Après avoir ouvert sa propre maison de couture en 1903, Paul POIRET supprime en 1906 le port du corset. Il crée une nouvelle ligne de robes à la taille haute et s’inspire de la mode emprunte d’orientalisme vers 1910. Il devient ainsi un pionnier de l'émancipation féminine.

Par son style plus géométrique, le mouvement artistique ART DECO, arrive plus tardivement en France et touchera à partir des années 10 toutes les formes d'arts plastiques et décoratifs, et bien entendu la mode et le costume.