Késako: ''A chacun sa marotte''

Lorsque le projet de création d'un logo à germer entre nous pour illustrer le nom et l'objet social de notre association « LES MODES AU FIL DU TEMPS », nous étions quelque peu indécis.

En cherchant l'objet le plus représentatif, nous n'avions que l'embarras du choix parmi tels ou tels costumes, coiffes ou accessoires de mode, de telle ou telle époque, de telle ou telle région, de tel ou tel milieu social.

Et puis, l'évidence s'est présentée à nous et l'unanimité s'est faite autour d'un objet.

En effet, l'un de nous venait de faire l'acquisition d'une marotte ancienne ayant la particularité d'être musicale.

Comme toute marotte, elle était composée d'un corps planté au bout d'un bâtonnet et surmonté d'une tête. La nôtre avait un visage de poupée en porcelaine coiffé d'un béret et un buste rond revêtu de quatre pans triangulaires semés de pompons et bordés de dentelles.

Les modes au fil du temps

Nous étions en possession d'un objet de curiosité dont l'état de fraîcheur nous avait interpellé.

En effet, il faut imaginer que ce jouet avait dû être actionné des milliers de fois pour faire entendre la douce mélodie produite par la rotation de cette poupée sur son axe.

Si pour vous lecteurs, cette petite marotte évoque le souvenir des jouets d'enfance. Pour notre association, elle nous ramène à la locution proverbiale ou la phrase toute faite : « Avoir une marotte, à chacun sa marotte » qui trouve alors tout son sens.

En effet, au sens figuré, « avoir une marotte » signifie avoir un passe-temps original, faire preuve d'une passion démesurée pour quelque chose, avoir une idée fixe proche de la folie, si l'on veut.

La marotte est l'objet de nos aspirations ou de nos rêves les plus fous.

A sa marotte, on reconnaissait un fou; aujourd'hui on reconnaît le petit grain de folie ou de délire à la pointe de fantaisie dans nos actes plus ou moins raisonnables.

Késako: une marotte


Un marotte peut désigner plusieurs choses et notamment :

La marotte du fou ou du bouffon :

La marotte était autrefois (du Moyen-âge au règne de Louis XIII) un sceptre de fantaisie, par opposition au sceptre royal.

Ce simulacre de sceptre était l'attribut du fou des monarques ou des grands seigneurs.

Les modes au fil du temps

Le fait de porter cette marotte donnait au fou une certaine autorité, il pouvait alors se permettre les pires abus sans que cela ne choque personne.

Ce fou (on pourrait dire aussi bouffon) était un personnage au physique « original».

Il était littéralement le double du roi ou du seigneur, se tenant en permanence à ses cotés, en privé comme en public.
Au premier abord, le fou répondait à un besoin de divertissement personnel du roi.

Déguisé dans ses habits multicolores, ce qui lui donnait un air ridicule et comique, il amusait également la cour.

Il pouvait se moquer du roi ou de ses visiteurs, mais il devait exprimer d'un ton grave les choses anodines et d'un ton de plaisanterie les choses les plus graves.

Plus qu'un simple amuseur, il incarnait alors la « conscience ironique ».

La marotte ou marionnette à tige :

De nos jours et pour le bonheur des enfants, la marotte désigne la forme la plus élémentaire d'une marionnette, appelée aussi marionnette à tige, dont la tête est fixée au bout d'un bâton de bois et que l'on manipule d'une main par le bas à l'aide de cette unique tige axiale.

La tête de la marotte, en tissu, en carton ou en porcelaine, tourne sur elle-même, peut disparaître dans son corps, réapparaître lentement ou soudainement pour la plus grande joie des enfants.

Il existe aussi des marottes musicales, qui en tournant sur leur axe produisent un air de musique, une petite ritournelle.

En France, le terme marotte peut être également utilisé lorsque d'autres tiges sont ajoutées pour contrôler les bras, mais il importe que la tête et les membres de cette marotte soient fixés à la tige centrale et bougent autour de l'axe du bâton.

La marotte pour les coiffes:

Dans un autre domaine, celui de la mode et de la coiffure et aux XVIII et XIXèmes siècles, la marotte servait de support pour les coiffes régionales. Inconnue en Bretagne, nous laisserons à nos amis Annick GEORGEON et Francis MILLERAND le soin de développer un jour ce sujet passionnant.

Voici notre logo:


Les modes au fil du temps

La marotte deviendra donc notre symbole, notre logo, car elle évoque l'imaginaire et la fantaisie, un objet curieux, intemporel, évolutif, animé et élégant.

Il convenait que notre logo reflète la variété des modes vestimentaires, le délire des modistes et des stylistes de mode, le travail minutieux des couturières et l'ingéniosité des artisans.

Nous avons pris le partie de faire côtoyer sur notre marotte (ou plutôt sur notre logo) le buste d'une aristocrate du XVIIIème siècle avec celui d'une paysanne bretonne de la côte du Penthièvre au XIXème siècle, ayant toues deux en commun la majesté de leur coiffure et de leur coiffe.

Notre marotte est le symbole de nos passions folles qui nous animent depuis plusieurs années, celles de mettre en valeur les anciennes modes vestimentaires civils de notre région ou de notre pays et celles d'organiser des expositions de collections de costumes et d'accessoires de mode.