Le panty

Les modes au fil du temps
Page de couverture de ELLE du 17 juin 1960

Un panty, des panties

Le mot panty est de langue anglo-américaine, on dit un panty et des panties. Ce mot panties est empreint de pants, abréviation de pantaloons.

Il allait désigner une nouvelle forme de sous-vêtements féminins prisés au tout début des années 60 aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Un article lui était consacré dans le journal ELLE du 17 juin 1960 (page 113b HÖFLER).

En France, il fait fureur en 1962-1963 chez les jeunes femmes et chez les adolescentes, enfants des baby-boomers et adeptes de la mode des jupes courtes.

Un article de l'EXPRESS du 16 avril 1964, traduisait le mot panty en "gaine-culotte à jambes" ou encore "transposition du short, auquel on ajoute des jarretelles

Anti-flirt, les panties étaient par contre la hantise des garçons à l'âge du flirt. 

Les modes au fil du temps
Affiche de l'exposition pour la Bibliothèque Forney à Paris

Expositions de sous-vêtements  en 2008

C'est en 2008, à l'occasion de l'exposition " Le Petit Echo de la Mode, 100 ans de presse familiale " présentée au Petit Echo de la Mode à Châtelaudren puis à la Bibliothèque Forney dans l'Hôtel de Sens à Paris, que nous avons sollicité une amie pour qu'elle nous confie les sous-vêtements qu'elle portait dans les années 60

Les modes au fil du temps
Exposition 2008 au Petit Echo de la Mode

Le panty-gaine de Roselyne

Notre amie avait notamment conservé plusieurs sous-vêtements de cette époque, où, âgée d'une vingtaine d'années, elle travaillait à Paris dans la Maison de Haute-Couture SYLVIA MICHEL. 

Voici une gaine-panty ou un panty-gaine.

Les modes au fil du temps

Panty de marque VITOS

Le panty que nous vous présentons est non gainant. Il est de la fabrication française de marque VITOS (marque déposée en 1925 par la famille VITOUX installée à Troyes et spécialisée dans la maille et la bonneterie et créateur d'une usine de production de bas et de chaussettes fantaisie).

De la taille 1, c'est-à-dire un 38-40, la hauteur des jambes de ce panty est ici de 40cm, hauteur variable suivant les modèles et les marques.

Ce panty a la forme d'un pantalon court à deux jambes avec une couture à l'entrejambe. 

Le bas des deux jambes est bordé d'une dentelle mécanique en nylon à décor floral et terminé par deux rangs étagés de volants en nylon plissé et non ourlé.

Les modes au fil du temps
Publicité pour DROPNYL vers 1964

Matières élastiques

L'ensemble est en tissu élastique blanc (fils synthétiques de type "crylos" ou "droplyn") avec un décor d'alvéoles remplies de tulle facilitant ainsi l'aération de la peau et l'élasticité de cette lingerie.

La ceinture est étroite et élastique. 

Les modes au fil du temps
Publicité pour la marque Simone PERELE et LYCRA

Publicité des marques

Les campagnes de publicité en France vantaient leur confort, avec ou sans leur effet gainant, leur souplesse et leur coté sexy. 

Les marques françaises les plus connues des fabricants étaient: VITOS (panty-gaines en Droplyn en 1963), SCANDALE (panty puis la gaine Scandale dès 1966) , AUDACE, SIMONE PERELE (panty en lycra), LOU (gaine panty PANTYLOU), FASTI (panty avec un fixe-jarretelles complètement caché), TRIUMPH, ROSY (24-24), LADY (Santa-Fé) mais aussi des firmes américaines comme PLAYTEX.  

Les modes au fil du temps
Publicité poue la ligne [-24-24-] de Rosy en 1967

Panty, panty-gaine ou gaine-panty

Ce sous-vêtement était soit moulant (comme celui présenté), soit gainant (panty-gaine ou gaine-panty), avec parfois un empiècement à l'entrejambe. 

La paire de jambes était en matière élastique et aérée, comme le nylon, le lycra, le tulle avec souvent un apport de dentelles, de broderies ou de festons au bas des jambes.

Les modes au fil du temps

Témoignage de Réjane

Réjane se rappelle qu'à l'âge de 18 ans, elle avait acheté, en 1967-1968 au rayon lingerie du Prisunic de Versailles, un panty au prix d'environ 40 francs, somme non négligeable par rapport au salaire d'une employée au SMIG (445 francs environ). 

A cette époque, les jupes avaient considérablement raccourcies. La mode des mini-jupes, créée en 1962 en Angleterre par Marie QUANT, ne sera développée en France qu'à partir de mars 1965 par André COURREGES .

Le panty devait être légèrement plus court que la jupe, mais la bordure en dentelles pouvait parfois s'entrevoir en marchant. Mais pas question de dévoiler son intimité, ni de faciliter le flirt des garçons. 

Pour preuve et pour le bas du corps, Réjane procédait ainsi pour m'habiller et aller travailler: "une culotte, un porte-jarretelle ou une gaine avec jarretelles, des bas, un panty et une jupe (ou jupe-culotte). 

Chaque élément ayant son utilité, la culotte pour l'hygiène, la gaine pour amincir le ventre, les bas pour se garantir du froid et le panty pour cacher la petite zone nue entre la paire de bas et la culotte".

La concurrence des collants

La mode du panty était concurrencée par celle des collants en lycra (entre autres de la marque DIM).

Etant plus résistants et offrant une gamme infini de coloris, les collants ont supplanté rapidement la mode des bas avec jarretelles et celle récente des panties. 

La mode des panties s'éteindra avec Mai 68, elle n'aura duré en France qu'à peine cinq ou six années.

Les modes au fil du temps
Les collants DIM
Les modes au fil du temps

Conférences

Par pitié, ne donnez plus le nom de panties aux pantalons du XIXème siècle, ni aux culottes fendues ou non de la première moitié du XXème siècle.

A ce sujet, les Modes au fil du temps peuvent vous proposer une conférence instructive sur "histoire des dessous féminins" ou " Effeuillage".

Rédacteurs: Réjane et Daniel Labbé