François PINET (1817-1897)

Le premier bottier à façon est sans nul doute François PINET, fils d'un cordonnier de province, qui fonde en 1855 sa fabrique de chaussures pour dames, puis en 1863 son atelier-boutique au 44 rue Paradis-Poissonnière à Paris.

Il établit sa réputation chez les clientes de la haute couture avec l'invention brevetée en 1854 du talon PINET, plus solide, plus léger et plus fin et droit que le populaire talon Louis XV et avec l'invention en 1867 de nouvelles machines pour la formation de talon Louis XV d'un seul morceau.

Par leurs originalités et leurs innovations, les chaussures PINET seront mondialement reconnues pour leur raffinement jusqu'au milieu des années 1930.

Voici à gauche une première paire de chaussures du soir de la maison François PINET vers 1924-1926, en soie bleue avec une bride en T (Shoe-Icons Publishing) et à droite une autre vers 1922, en brocart aux motifs complexes avec un talon enrichi de motifs inspirés des couleurs vives et des formes de l'Art Déco. (Collection S. PEDERSEN)

Louis HELLSTERN

Les modes au fil du temps

Louis HELLSTERN s'installe vers 1900 place Vendôme.

Ce styliste, introduit par le bottier GRECO, se fait connaître par ses chaussures de femmes destinées à une clientèle des grands couturiers parisiens et notamment par ses créations de talons (talons Hellstern).

Ses fils font atteindre à la Maison HELLSTERN son apogée dans les années 1920-1925 avec la production d'escarpins à bride en T, de chaussures à bride sur le cou de pied dans le style Charles IX ou de son dérivé le « Salomé ».

Voici des souliers du soir créés vers 1925 par le bottier HELLSTERN, en velours bleu marine, à décor de perles en acier et au talon en celluloïd incrusté de strass. (Musée international de la chaussure à Romans)

Ci-dessous des talons créés par la maison HELLSTERN (collection particulière)

André PERUGIA (1893-1977)

Les modes au fil du temps

André PERUGIA, fils d'un cordonnier niçois, ouvre sa première boutique à 16 ans puis s'installe en 1921 à Paris rue du Faubourg Saint-Honoré.

Ce bottier, surnommé le magicien, crée de nouveaux modèles dans les années 1920 pour le grand couturier POIRET et fait porter à ses clientes des talons hauts, même pour le bal.

Voici des escarpins du soir griffés PERUGIA vers 1925-1928, en velours vert avec applications de cuir doré et bride en T. (Shoe-Icons Publishing)

Ces bottiers d'art et ces stylistes devront innover après le crack boursier de 1929 et s'adapter, tel Salvatore FERRAGAMO (1898-1960), jeune styliste italien émigré en 1914 aux Etats-Unis et installé en Californie.

Il crée et fabrique d'abord des chaussures pour le cinéma et se fait une clientèle de vedettes du grand écran entre 1923 et 1927.

Revenu en Italie après le krach boursier, il se fera connaître dans les années 30 en remplaçant sa fameuse cambrure par des semelles à plateformes et des talons compensés en bois ou en liège.