Histoire des talons avant 1920

Les talons en France dateraient de 1533, lorsque Catherine de Médicis très menue, fait venir d'Italie ses talons à l'occasion de son mariage avec le duc d'Orléans et se voit aussitôt imitée par les dames de la cour.

Louis XIV portait des talons de bois de 10 à 12 cm de hauteur, recouverts de cuir rouge, comme il était de mode en Europe depuis le début du 17ème siècle. Ces talons pouvaient être décorés de scènes diverses en miniature.

Cette mode de talons appelés « venez y voir » se répand très vite chez les courtisans.

Les talons hauts, fins et cambrés français étaient concurrencés par les talons robustes anglais.

Voici à gauche une chaussure de fabrication française vers 1710-1725 en brocart d'or avec un talon haut recouvert de chevreau noir (Bayerisches Nationalmuseum) et à droite une chaussure de fabrication anglaise vers 1700-1725 à languette dentelée et à pattes se fermant par un ruban (Powerhouse Muséum de Sydney)

Les modes au fil du temps

Cachés par les robes longues, qu'elles soient à paniers, de ligne Empire, à crinoline ou à tournure, les talons de femme ne reviendront à la mode que dans le dernier quart du 19ème siècle.

Les bottiers reprennent alors la forme cintrée et évasée des talons Louis XV, d'une hauteur moyenne, en bois recouvert de cuir ou de tissu. Seules les chaussures du soir s'autorisent la couleur, elles deviennent plus confortables par l'utilisation après 1870 d'une forme pour chaque pied, permettant une production de chaussures conformes à l'anatomie du pied.

Ci-dessus une paire de chaussures vers 1868-1875 de la maison CHAUSSURES POUR DAMES J.A. PETIT, rue Saint-Honoré à PARIS, en chevreau bleu.

En 1888, s'ouvre la première usine américaine de fabrication industrielle de talons et grâce à leurs brevets de machines à coudre révolutionnaires, les fabricants américains sont les premiers à produire à la chaîne nombre de leurs créations, rendant accessible à un large public leurs modèles de chaussures.

Par contre, les bottiers français et anglais ont une longue tradition de fabrication manuelle de chaussures, mais ce seront cependant d'habiles artisans jusqu'à la fin du 19ème siècle.

La chaussure tango fait fureur en 1911 et annonce les escarpins fantaisie des années 20 emprunts du style ART DECO.